Arthrose de cheville

Qu'est ce que c'est?

L'arthrose est une usure définitive du cartilage articulaire. Au niveau de la cheville, elle peut survenir chez les patients âgées ou plus précocement à la suite de fracture (arthrose post traumatique) ou d'instabilité chronique (entorses à répétitions). L'usure du cartilage peut être aussi la conséquence de maladie inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde.

Au niveau de la cheville, l'arthrose se manifeste par une douleur du coup de pied "en avant" de la cheville et une raideur (diminution des mobilités en flexion dorsale principalement). La marche devient alors difficile et il est nécessaire d'utiliser une canne pour se déplacer.

Quel bilan d'imagerie?

Les radios de cheville sont nécessaire pour affirmer la présence d'arthrose et de calculer une désaxation éventuelle. Parfois, elles seront complétées par un scanner qui permettra de rechercher la présence de "géodes" osseuses et d'analyser l'état des articulations autour de la cheville.

Quel est le traitement?

Lorsque le traitement médical ne suffit plus pour calmer la douleur et que la marche devient très difficile on a recourt au traitement chirurgical. La décision doit être discutée au cas par cas en consultation. Deux traitements sont possibles : ces solutions sont complémentaires.

Il est possible de "bloquer l'articulation de la cheville " (arthrodèse) ce qui a pour conséquence de supprimer la mobilité en flexion plantaire et dorsale. Le patient sera soulagé durablement des douleurs liés à l'arthrose et pourra marcher sans canne.

L'autre option est la mise en place d'une prothèse de cheville et permettra de conserver une mobilité articulaire en supprimant les douleurs. Cette solution n'est pas possible pour tous les patients et doit être discutée en consultation.

Quelles sont les suites?

Le blocage de l'articulation de la cheville (arthrodèse) nécessite une immobilisation dans une botte plâtrée sans appui d'au moins 6 semaines après l'intervention. Cette immobilisation a pour but de faire consolider l'arthrodèse. La reprise de la marche se fera progressivement

la mise en place d'une prothèse peut, elle aussi, nécessiter quelques semaines d'immobilisation et le patient doit suivre des séances de rééducation pour la reprise de la marche.

Quels sont les risques?

Les risques opératoires diffèrent selon l’intervention réalisée. Ils sont fortement dépendant des antécédents médicaux du patient (état de la peau, diabète, tabagisme, problèmes circulatoires…). Le blocage de la cheville (arthrodèse) peut prendre plusieurs mois pour fusionner (retard de consolidation).

La prothèse de cheville peut donner lieu à des complications propres à l’implant : luxation, descellement, douleurs persistantes.

La peau de la cheville étant particulièrement fragile, une surveillance de la cicatrice est nécessaire jusqu'à cicatrisation.

Se faire opérer ou pas?

La décision de se faire opérer dépend de la gêne fonctionnelle c'est-à-dire si l’arthrose provoque des douleurs très invalidantes malgré un traitement médical bien conduit. Il existe d’autres interventions de « nettoyage de cheville » permettant de retarder la mise en place d’une prothèse ou l’arthrodèse.

Le choix entre prothèse et arthrodèse se fait au cas par cas et doit être adaptée au patient, ces deux traitements sont complémentaires.