L'hallux valgus

Qu'est ce que c'est?

L’Hallux valgus ou “oignon” concerne le gros orteil (hallux) : celui ci part en direction du 2ème orteil. Il se produit une saillie osseuse interne (exostose). Cette "bosse" peut être douloureuse et rentrer en conflit avec la chaussure ce qui provoque une inflammation locale.

Dans les formes très évoluées d’hallux valgus, les petits orteils se mettent en griffe (cela est dû à une augmentation des contraintes supportés par les orteils). Le patient peut présenter des douleurs de la plante du pied (métatarsalgies) et une gêne pour le chaussage.

L’hallux valgus est le plus souvent un problème "acquis", favorisé par le port de chaussures étroites à bout pointu et le port de talons hauts. Il touche les femmes plus fréquemment.

Au début de son évolution, l’hallux valgus est dit “souple” ( la déformation reste mobile). Progressivement il devient “irréductible”. La durée d'évolution est imprévisible, l'aggravation de la déformation est plus ou moins rapide mais certaine.

La perception de la sensation de "gêne" est variable selon les patients.

Quel bilan d'imagerie?

Des radios du pied sont nécessaires pour apprécier le niveau de déformation de l’hallux valgus. Elles doivent être réalisées debout et en appui.

 

 

 

 

 

 

Comment ça se traite?

Le premier traitement est l’adaptation du chaussage et éventuellement le port de semelles en cas de douleurs plantaires. Le chaussures doivent être larges et sans talons. Ces mesures augmentent le confort du patient mais ne peuvent pas faire régresser l'importance de la déformation.

 

Si nécessaire, on propose un traitement chirurgical curatif : il consiste en la réalisation d'une ostéotomie qui corrige la forme du premier métatarsien et de la première phalange du premier orteil pour remettre le gros orteil droit. Une libération tendineuse est également réalisée.

 

La chirurgie de l'hallux valgus peut se faire par une courte incision sur le bord interne du pied si la déformation est importante ou en percutané dans certains cas. La fixation de la correction peut nécessiter la mise en place de petites vis qu'il n'est généralement pas nécessaire d'enlever.

 

Afin de limiter la douleur post opératoire, on réalise une infiltration anesthésique de la zone opérée afin d'insensibiliser le gros orteil pendant les 48 - 72H après l'intervention.

 

 

Quelles sont les suites opératoires?

La chirurgie de l'hallux valgus est réalisée le plus souvent en ambulatoire. la reprise de l’appui immédiate avec une chaussure spéciale (déchargeant l’avant pied). Il est recommandé de surélever le pied opéré pendant la première semaine post opératoire et de limiter les déplacements. Une infiltration de la zone opérée pendant l'intervention et la prise d'antalgiques permettent de réduire considérablement la douleur post opératoire.

Le premier pansement sera refait en consultation par le chirurgien à 15 jours post opératoire. Les fils de suture sont généralement enlevés par un infirmière de ville vers la 3ème semaine après l'intervention.

Au bout de 1 mois les patients peuvent généralement porter des chaussures larges et des chaussures de ville au bout de 3 mois.

 

Quels sont les risques?

Comme intervention, la chirurgie de l’hallux valgus peut donner lieu à des complications cependant il s’agit d’une intervention réalisée fréquemment avec une technique fiable. Ces complications sont heureusement rares si l’indication est bien posée. Les problèmes post opératoire que peuvent présenter les patients sont notamment :

  • un gonflement de l'avant pied
  • un retard de cicatrisation de la plaie opératoire,
  • une infection de la cicatrice
  • une algodystrophie (douleur prolongées après l'intervention avec raideur articulaire)
  • une fracture du gros orteil
  • une récidive de la déformation.

 

Le suivi médical en consultation permet de dépister la survenue de ces complications.

 

 

Se faire opérer ou pas?

L’indication de chirurgie de l’hallux valgus dépend de la gène fonctionnelle c’est à dire l’impossibilité de se chausser. Pour une même déformation, certains patient se sentiront très gênés et relèveront d’un traitement chirurgical tandis que d’autres non. Dans tous les cas, la gène esthétique n’est pas une indication de traitement chirurgical.